Retour
Référence bibliographique sélectionnée X Auguste Scheler, Dits et contes de Baudouin de Condé et de son fils Jean, Bruxelles, Devaux, 1866-1867 | 
+ -Référence
Auguste Scheler, Dits et contes de Baudouin de Condé et de son fils Jean, Bruxelles, Devaux, 1866-1867
CR Tobler in Jahrbuch für romanische und englische Literatur 8 (1867), pp. 331-52 (liste de corrections)
+ -Sujets traités
92 œuvres traitées
> Clerc de Vaudois | Dit du droit | Ore entendez une cosete / Petite ki est novelete
Edite le Dit du droit comme partie des Vers du droit de Baudouin de Condé
> Baudouin de Condé | Manteau d'Honneur | Ki de boins est, si mete entente / A boins estre, car de bone ente
> Baudouin de Condé | Dit de Gentillesse | Tout adies doit li hons gentius / A gentillece estre ententius
> Baudouin de Condé | Conte du bachelier | J'ai maintes fois oi retraire / C'ausi bien se puet on trop taire
I, pp. 45-62
> Baudouin de Condé | Dit du dragon | Selonc le siecle qui est ore / Ne puis trover de bone estore
> Baudouin de Condé | Dit du Prud'homme | On dist k'en taisir mout a sens / Mais je ne voi en nul asens
> Baudouin de Condé | Dit du Garde-corps | Por çou que trop ai jut en mue / M'est pris talens que me remue
t. 1, pp. 17-29 et 388-94
> Baudouin de Condé | Dit d'amour | Qui veut qu'en amour a droit maigne / Et c'amors avoec li remaingne
édition t. 1 pp.119-131 et 432-438
> Baudouin de Condé | Dit de l'olifant | Ja n'aurai ma langue aprestee / A dire oevre manifestee...
t. 1, pp. 233-243 et 492-6
> Jean de Condé | Messe des oiseaux | En pensant a la douche joie / Dont amans en espoir s'esjoie
> Jean de Condé | Louange des dames | De vrai entendement mendient / Tout cil qui de femes mesdient
> Jean de Condé | Dit de cointise | Assez de gent blasment cointise / Mais mout est bonne l'acointise / De celui c'on voit cointe a droit
> Jean de Condé | Du clerc qui fu repus derriere l'escrin | Unes gens sont qui anchois oient / Une truffe et plus le conjoient / K'une bien grande auctorité : / Pour ce, truffe de verité / Vous vorrai ci ramentevoir, / Si c'om le me conta de voir.
> Jean de Condé | Du clerc qui fu repus derriere l'escrin | Unes gens sont qui anchois oient / Une truffe et plus le conjoient / K'une bien grande auctorité : / Pour ce, truffe de verité / Vous vorrai ci ramentevoir, / Si c'om le me conta de voir.
> Baudouin de Condé | Dit des Trois morts et des trois vifs | Ensi con la matere conte / Il furent, si que duc, que conte
> Baudouin de Condé | Ave Maria | Ave en cui sans nul nombre a / Tant bontés k'ainc ne les nombra
p.183-186
> Baudouin de Condé | Dit d'envie | Cil n'ont soing que je monte en pris / Qui a reprendre m'ont enpris
t. 1, pp. 107-118 et 425-432
> Baudouin de Condé | Dit du fût | Haus siecles, pieça ne fus tes / Que trop ne fusses tu fustes
t. 1, pp. 150-1 et 447
> Baudouin de Condé | Dit de la pomme | En une pomme fu la mors / D'un mors dont si fume la mors
> Baudouin de Condé | Dit de la Rose | Amours qui maint amant la prent / A ce que doucement l'aprent / A amer bien le set la prendre
> Baudouin de Condé | Dit de la chair | Cil qui le miex sa char encharne / Mire soi com mors char descharne
n° 11
> Baudouin de Condé | Dit du monde et des mondés | A moult de gens plaist moult li mondes / Mais il n'i est de mil uns mondes
> Baudouin de Condé | Dit d'amour fine | Diex est au monde amours nayve / Ne nul mondaine amours n'ayve
édition t. 1 pp. 151-152 et 447-448
> Baudouin de Condé | Dit de l'avare | Sor toute rien d'une merveille / Et plus i pens, plus me merveille
édition t. 1 pp. 187-195 et 478-481
> Jean de Condé | Braies le prestre | Recorder ai oy maint conte / Que priestre ont fait as pluisors honte
> Jean de Condé | Pliçon | Gens sont qui ont plus kier risees / Et mokeries desghisees
> Baudouin de Condé | Prison d'amour | Pluisours plaintes, molt de dolours / Ot on de la prizon d'amours
> Baudouin de Condé | Dit du droit | Drois m'ensengne que je doi dire / Du mauvez siecle qui empire
> Jean de Condé | Dit du lion | Hons d'armes d'onneur couvoiteus / Ne doit mie iestre rihoteus
> Jean de Condé | Los du monde | Li siecles est trop merveilleus / Et a preudomme perilleus
> Jean de Condé | Des losengiers et des vilains | De II choses ai grant despit / Que je veul dire sans respit
> Jean de Condé | Des lus et des bechés | De bien dire me pourveisse / Se le siecle courtois veisse
> Jean de Condé | Magnificat | Par orguel et par fol cuidier / Voit on maint cuer de sens widier
> Jean de Condé | Manteau de saint Martin | Noble vertus est de largesce / A homme qui a tel richesce
> Jean de Condé | Mariage de hardement et de largece | Nobles hons qui a houneur tens / Et le non de prouecce atens
> Jean de Condé | Des mauvais usages du siècle | Au siecle a mains maintiens sauvages / Encor voit on plus es corages / Qu'es maintiens de diversité
> Jean de Condé | Dit du miroir | Trop est li siecles perviertis / Et li biens en maus conviertis
> Jean de Condé | Dit de la mortel vie | Povre cose est de mortel vie / S'i a mout d'orguel et d'envie
> Jean de Condé | Oliette | C'est sierviches biaus et courtois / De retraire aucun sierventois
> Jean de Condé | Ourse | Une vertus est de grant pris / amours. Li cuers par li espris / qui a droit l'estincele en sent
> Jean de Condé | De l'aigle | Haus hons doit a haute oevre entendre / S'il set son non a droit entendre
> Jean de Condé | Poème rétrograde d'amour | Amours est vie glorieuse / Tenir fait ordre graciouse
> Jean de Condé | De l'amant hardi et de l'amant cremeteus | En le douche saison jolie / Que toute creature est lie
> Jean de Condé | Sur l'Ave Maria | Ave vierge de parfait priz / Maria, par cui s'est repriz / Mainz hons maris a droite voie
> Jean de Condé | De beauté et de grâce | Biautés et grasce sont II teches / Qui font soffrir maintes destreches / As amans
> Jean de Condé | Du blanc chevalier | Ch'est moult grans cose de preudomme / N'est nus qui peust faire somme
> Jean de Condé | Du bon comte Guillaume | Mourir c'est usaiges communs / Aussi muerent pluiseur comme uns
> Jean de Condé | Du bon nom | Chieus qui set loquense amoyer / A biaus dis faire et rimoyer
> Jean de Condé | De bonne chère | Salemons dist en ses provierbes / Qu'il vient miex a poree d'erbes
> Jean de Condé | De la chandelle | Grant povreté est de cest monde / Et grans folie en chiaus habonde / Qui es bien dou monde s'affient
> Jean de Condé | Des charnels amis qui se haient | Dire ai oi, si m'en ramembre / Que li hons qui cope I sien membre / Son corps deffait et deffigure
> Jean de Condé | Chastoi du jeune gentilhomme | Hons de gens de vaillance estrais / Les poins de nature mestrais
> Jean de Condé | Dit du papillon | Raisons nous enseigne et aprent / Que folie celui sousprent / qui par autrui ne se chastie
> Jean de Condé | Dit de la Pâque | Parler voel a tous crestyens / Un poi de dons celestyens
> Jean de Condé | De la pelote | Boine amours est viertus si finne / Qu'elle ne cange ne ne finne
> Jean de Condé | Portejoie | Biel sont pour recorder en court / Li dit qui sont plesant et court
> Jean de Condé | Pour quelles deux choses on vit au monde | Chius a le cuer nice et rubieste / Et vit au siecle a loi de bieste
> Jean de Condé | Du prince qui croit bourdeurs | On trueve en Salemon le Sage / Que li princes qui par usage / Ot volentiers mençongnes dire
> Jean de Condé | Recort d'armes et d'amours | Or sont il II mestier ensanle / Et bien aviennent ce me sanle
> Jean de Condé | Du sanglier | Hardis cuers au besoing se prueve / Mais on n'en puet certaine prueve
> Jean de Condé | Du seigneur de Marigny | Verités nous moustre et aprent / Que qui au siecle garde prent / Moult de choses i puet veoir
> Jean de Condé | Du sens emprunté | Jehans de Condet cierteis / C'on voit meserrer mainte fie
> Jean de Condé | Du sentier battu | Folie est d'autrui ramposner / Ne gens de chose araisoner
> Jean de Condé | Du singe | On voit merveilles avenir / Et le siecle tel devenir / Que chascuns s'en doit merveillier
> Jean de Condé | De sûreté et de confort | Noble coze est d'avoir confort / Car cils qui vit en desconfort
> Jean de Condé | De la torche | A l'example des anciiens / Se devroit princes terriiens / Gouverner s'il faisoit que sages
> Jean de Condé | Des trois états du monde | Cils fait grant sens qui voelt avoir / L'amour de Dieu c'est noble avoir
> Jean de Condé | Des trois métiers d'armes | Noble ordene est de cevalerie / Si doit iestre sans tricerie
> Jean de Condé | Des trois sages | As fais des gens et as usages / Veons III manieres de sages
> Jean de Condé | Du valet qui aima la femme du bourgeois | Ki pourcace a autrui grevance / Il s'empire et se desavanche
> Jean de Condé | Des vilains et des courtois | Vilain et courtois sont contraire / De l'un ne puet on bien retraire
> Jean de Condé | Du vilain dépensier | Ne sai a coi gentiex hons pensse / Qui vilain carge sa despensse
> Jean de Condé | Du vrai sens | Mout doit bien li hom qui a sens / Metre sa cure et son assens / A ce qu'a bien faire s'assente
> Jean de Condé | Du chevalier à la manche | Saiges est qui sa langhe atempre / En biel parler et tart et tempre
> Jean de Condé | Du chien | Par exemples de creatures / Et par regarder leur natures
> Jean de Condé | Confort d'amours | Hons navrez a mestier de mire / Pour metre a sa plaie onguement
> Jean de Condé | Des deux loyaux compagnons | Petit sai mes matere ou prendre / De quoi je puisse dit reprendre
> Jean de Condé | Dit d'entendement | A l'entrer du mois de decembre / Que de joie faire ne membre / Oisel ne beste par nature
> Jean de Condé | Des états du monde | Par defaute d'entendement / voit on mout de reprendement
> Jean de Condé | Dit du figuier | Quant boins ouvriers devient wiseus / C'est pour lui usaiges nuiseus
> Jean de Condé | Dit de la fontaine | Biaus entremes est de biaus dis / Quar quant li cuers est esbaudis
> Jean de Condé | De force contre nature | Pour ce c'on fet de bien petit / Pere je moult souvent l'apetit / De bien dire et de bien conter
> Jean de Condé | Dit de fortune | Mout est Fortune merveilleuse / Et durement est perilleuse
> Jean de Condé | Des fourmis | Son tans courtoisement emploie / Li ouvriers qui son sens desploie / A faire aucune plaisant oevre
> Jean de Condé | De franchise | Jehans de Condé nous raconte / Se roi et duc et prince et conte / Mesissent paine au retenir
> Jean de Condé | Du frein | Li cuers des gens sont si hastant / Que souffrir ne voellent pas tant
> Jean de Condé | De gentillesse | Gentiex hon, par droit de natuer / S'avilenist et desnature
> Jean de Condé | De l'Homme qui avait trois amis | Qui bien fait a la mort l'emporte / Si l'en est ouverte la porte
> Jean de Condé | De l'Hypocrisie des Jacobins | Rien ne vaut siecles orendroit / Car on n'i fait raison ne droit
> Jean de Condé | Des Jacobins et des Fremeneurs | Jacobin et frere meneur / Veulent conquerre grant honneur
> Jean de Condé | Du lévrier | Ki sens a de biaus mos trouver / Moustrer le doit et esprouver
> Anonyme | Nonnette | On ne doit mies trop reprendre / Aucun fol, s'on li voit emprendre
t. 2, pp. 271-9 et 438-42
1 projet de parution traité
> REIMS | Bibliothèque municipale | 1275 (J. 743)
édition t. 1 pp. 183-186 et 476-78
1 intervenant traité
Baudouin de Condé
+ -Thésaurus
  • aucun mot clef